Extrait de cours

La découverte de l’énergétique impose de casser les modèles dans lesquels nous avons été éduqués, je devrais dire emprisonés. Ce nouveau modéle repose sur des concepts Taoistes, anciens de plusieurs milliers d’années. Notre monde est décrit depuis la génèse, avec un ciel visible pour lequel les plus grands astronomes et astrologues de l’époque avaient déjà donné une parfaite description. Et au delà, le ciel ne peut être nommé, il est l’innomable, ?, ou encore la tradition parle des grand mystères.

Le Tao Tö King cite : « Avant les Temps et de tout temps existait quelque chose existant de par lui-même, éternel, complet, omniprésent. On ne peut lui donner un nom car ce serait définir l’indéfinissable.

On l’appelle « OU » signifiant néant de forme, informulé ; on l’appelle aussi Tao. »

La sagesse des chinois est bien là d’accepter que des choses existent, sans que l’on puisse les voir. L’acupuncture traditionnelle antique et véritable est fondée sur cette puissante science Taoiste.

Basée sur l’observation, par la loi de l’analogie, toutes les manifestations obéissent aux lois du ciel. Du plus manifesté au moins manifesté (Yin/Yang), tout obéit à la volonté du Tao, grand ordonnateur.

Les grandes lois du Yin-Yang sont immuables et toute forme de manifestation de l’énergie est classée dans une des deux rubriques. Cette simplicité apparente cache une vraie science, et ce sont tous les systèmes physiologiques et chrono-biologiques de l’homme, et aussi sa place entre ciel et terre qui sont expliquées.

Pour entrer dans le sujet de l’énergétique et de l’acupuncture chinoises, vous devez pénétrer un mode de pensée différent du vôtre, intégrant une méthodologie fondée sur le mouvement et le changement permanent.

Votre esprit se formera au fait que chaque chose, événement, situation ou personne se définit de manière temporaire et provisoire.  C’est toujours une petite révolution intellectuelle lorsqu’on découvre un peu d’histoire de la Chine et de sa Médecine.

C’est ce que nous allons aborder, ci-après, car pour mieux intégrer vos cours, il est indispensable de connaître suffisamment ce pays et aussi les événements l’histoire de près de 4.000 ans, de cette Médecine issue de la Pensée taoïste.

Dans son remarquable ouvrage « l’uranographie chinoise » (1875), le Révérend Père Schlegel nous apporte de précieux renseignements archéologiques sur une antiquité d’au moins 17.000 ans avant J.C. des plus anciennes traces connues d’astronomie en Chine ; tandis que Monsieur Charles Laville Méry, avec de bonnes raisons et des sources sures, nous affirmait personnellement que la Tradition orale des premiers écrits, tels le fameux Neï King, remontait, au moins, à 8.000 avant J.C. Cette ancienneté témoigne, avec beaucoup d’éloquence, de l’importance de cette Civilisation …

Historique.

Les énigmes contenues dans le Classique de l’Acupuncture Traditionnelle Chinoise Ancienne se dévoilent progressivement au fur et à mesure que des « chercheurs » dénouent cet écheveau et comprennent de mieux en mieux son contenu. La connaissance de l’énergétique s’enrichit et la pratique acupuncturale atteint, chez certains, les niveaux d’excellence des anciens grands Maîtres.

Monsieur Laville Méry, après 40 ans de pratique de l’Acupuncture Traditionnelle, confiait un jour en séminaire s’être rendu compte, à 2 reprises dans sa vie de ne pas avoir compris l’Acupuncture et avoir dû la réapprendre une 3ème fois.

Par le biais de très éminents sinologues, dont les principaux furent des Jésuites en mission, l’Europe, surtout l’Allemagne, la France et l’Angleterre, se sont fortement intéressées à la Chine depuis le 17ème siècle.

Rendons hommage aux nombreux et importants travaux des missionnaires de l’Institut Ricci et à son émminent dernier représentant en France, le RP LARRE.

Les Auteurs.

Depuis 1936, nous possédons l’extraordinaire travail sur l’Acupuncture de Monsieur Georges Soulié de Morant. Depuis cette période, la France a essaimé sa connaissance de l’Acupuncture dans toute l’Europe (voir l’historique de l’Acupuncture dans le monde occidental) mais elle a surtout compté de nombreux chercheurs ayant exploré le Neï King antique de la Médecine Chinoise (So Ouenn et Linn Tchrou). Ces chercheurs suivis par des vagues successives de nouveaux Praticiens ont permis de mieux comprendre des énigmes alors insurmontables.

Il y a encore 35 ans, la connaissance et la pratique de l’Acupuncture, en France, étaient encore avancée, mais rudimentaires quant à la compréhension de ces Textes vénérables, véritables trésors de l’Humanité. Les progrès de compréhension accomplis depuis 1960 sont énormes tandis que la Révolution culturelle plongeait la Chine vers l’abandon de ses propres racines.

Plusieurs traductions du Neï King :

• Docteur Chamfrault. Son travail reste une somme importante de connaissances, notamment en Acupuncture, phytothérapie et nutrition énergétiques Chinoises Traditionnelles.

• Docteur Husson. Sa traduction du So Ouenn fait toujours autorité et a été une des meilleures depuis plusieurs décennies.

• Docteur Duron. Ces dernières années, nous avons pu, enfin, bénéficier de la parution tant attendue de sa traduction enrichie des commentaires de M. Laville Méry. Celle-ci a été le fruit du travail d’une équipe de 8 personnes, dont le Docteur Berladier, M. Charles Laville Méry, Jacques Martin Hartz, un Chinois, un Vietnamien …), dirigée par le Docteur Duron.

Leurs travaux, très critiques et érudits, attestent de la qualité, de la fidélité et de la fiabilité de la traduction. Son atout majeur, en plus de l’extrême rigueur de leur travail, est la présence dans le Texte, des commentaires du Maître Wang Ping et de M. Charles Laville Méry, éminent connaisseur de la Tradition.

En 1954, 3 autres précurseurs rencontrent M. Charles Laville Méry pour lui demander d’apprendre l’Acupuncture. Il les fait recevoir dans les Instituts déjà cités. Il s’agit du Dr J. Schatz, futur Président de la Société Internationale d’Acupuncture, d’André Faubert qui sera, par son enseignement et ses ouvrages, un leader de cette Médecine en France et de Jean Louis Blard, praticien d’une grande expérience et co-fondateur de IEATC avec Thierry Bollet en 1979.

Immédiatement à la suite de cette publication, nous avons connu celle du Docteur Lavier, chirurgien dentiste, fameux professeur et praticien acupuncteur, formé à Taiwan par le Professeur Wu Weï Ping et ayant largement apporté sa contribution à la connaissance de la Tradition parfois la plus ésotérique.

Sa traduction du So Ouenn, conforme aux enseignements anciens, est entièrement rédigée sous forme de  » poèmes  » ou  » contines « . Plus un Texte Chinois, traduit ou non, est antique plus on est sûr de sa qualité même en tenant compte d’un perfectionnement du savoir des Chinois sur les méridiens et les points d’acupuncture au fil des siècles.